Suivre une formation en droit ouvre de nombreuses portes, au-delà de la sphère des professions juridiques traditionnelles. Par sa réputation internationale, son ouverture au monde, sa taille humaine et ses cursus uniques, l’Université de Neuchâtel offre des conditions optimales pour se lancer dans cette filière. Interview du professeur Blaise Carron, Doyen de la Faculté de droit.

Aujourd’hui, quels sont les points forts d’un cursus universitaire en droit? 

Les études en droit mènent à toutes les professions et activités juridiques (avocat, notaire, juge, juriste d’entreprise). En même temps, les compétences acquises permettent de s’orienter dans des voies connexes. Parmi nos diplômés, certains ont décidé de se lancer dans des projets entrepreneuriaux. D’autres travaillent dans des organisations internationales ou dans des ONG: bref, les débouchés sont nombreux.

Que dire des atouts de la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel?

Nous figurons dans le top 20 mondial des meilleures universités comptant moins de 5000 étudiants selon le classement renommé Times Higher Education, et nous entretenons des partenariats avec plusieurs dizaines d’universités pour offrir aux étudiants la possibilité d’effectuer des échanges à l’étranger pour un ou plusieurs semestres.

Blaise Carron, doyen de la Faculté de droit (UniNE) (Photos: Mario Cafiso)

Nous bénéficions donc d’une excellente réputation sur la scène internationale et notre établissement offre une ouverture unique sur le monde. Ainsi, nos étudiants ont la possibilité d’obtenir en parallèle aux études de droit dans notre Faculté un LL.M. au King’s College à Londres ou d’étudier à la Columbia Law School à New York. 

Autre atout: notre dimension humaine, qui nous permet de garantir une réelle proximité entre nos étudiants et nos professeurs.

Parlez-nous de votre programme de cours.

Notre Bachelor permet d’acquérir de solides bases juridiques tout en permettant de personnaliser la formation grâce à des cours à options. La pratique n’est pas oubliée non plus. Ainsi dès la deuxième année, nos étudiants, accompagnés par des professionnels du droit, se plongent durant une semaine entière de séminaire intensif dans un cas pratique. 

Notre Master, lui, permet de choisir parmi une soixantaine de cours. Plusieurs orientations sont offertes dont certaines sont uniques en Suisse, comme le droit de l’innovation, de la santé ou du sport. Des séminaires thématiques figurent aussi au programme pour se plonger dans la pratique. Ainsi, nous avons lancé cette année la version suisse de l’Innocence Project, où des étudiants et leur professeur vont tenter d’établir l’innocence de prévenus injustement condamnés.

Vous proposez aussi de nombreux modules de formation continue?

C’est exact. Nous organisons plusieurs colloques par mois qui s’adressent aux praticiens de tous les domaines du droit. Nous proposons également des modules certifiants, destinés aux professionnels tels que le CAS en magistrature ou en droit du sport, ou encore au DAS/MAS en droit de la santé. Destinés aux professionnels, ces modules sont pour certains aussi ouverts à nos étudiants et les familiarisent aux défis du monde du travail.

Advertentie