A 13 ans, Nathan Laface mène une vie de jeune garçon pas comme les autres. Car en dehors de ses cours et du quotidien, il fonce à Paris, où il enregistre des reprises de chansons françaises en studio avant de partir en tournée. Son groupe: Kids United Nouvelle Génération. Partenaire de l’UNICEF, il permet de concrétiser des projets visant à soutenir des enfants aux quatre coins du monde dans les domaines de la santé, de l’éducation ou encore de la nutrition. Interview d’un jeune prodige de la musique qui garde les pieds sur terre et s’investit pour venir en aide aux enfants moins chanceux. 

C’est un jeune groupe qui cartonne. Kids United Nouvelle Génération en est déjà à son deuxième album et a aussi réalisé plusieurs tournées de concerts en France. En reprenant des titres parmi les plus beaux de la chanson française, le groupe soutient par ailleurs activement l’UNICEF, dont il est partenaire.

Entre les ventes d’albums, de places de concerts ou encore de produits dérivés, il a déjà permis de récolter près de 2,4 millions d’euros pour concrétiser des projets dans le monde entier afin de venir en aide aux enfants défavorisés.

Accès aux soins, à l’éducation et à la sécurité alimentaire constituent autant de domaines soutenus par l’intermédiaire de ces projets. A l’approche de Noël, le membre suisse du groupe, Nathan Laface, nous fait rêver en répondant à nos questions. Interview.

Parle-nous de tes débuts avec le groupe. Comment l’as tu intégré?

J’ai rejoint le groupe en avril 2018 suite à un casting que j’ai passé à Paris. On s’est en fait retrouvé au Palais des Congrès avec d’autres enfants pour enregistrer en studio trois titres que l’on a dû apprendre. Je me suis donc retrouvé directement dans une ambiance très professionnelle à laquelle je ne m’attendais d’ailleurs pas du tout. C’était vraiment impressionnant. J’ai ensuite été retenu par les membres du jury du casting et mon aventure avec les Kids United a démarré comme ça.

D’où te vient ta passion pour le chant, et quand as-tu commencé à faire de la musique?

Je chante depuis que je suis tout petit. J’ai d’abord commencé à faire de la musique avec mon Papy, en apprenant le piano. Ça a toujours été une passion. J’ai continué en faisant des cours de chant pendant un an avant de pouvoir passer le casting des Kids United.

Comment se passe ton activité artistique, et comment arrives-tu à concilier cela avec ton quotidien et l’école?

Quand je suis à Paris je me focalise à fond sur la musique. On se retrouve avec les autres Kids du groupe et on se concentre sur les enregistrements et les tournées quand nous en avons. C’est d’ailleurs l’occasion de passer du temps aux côtés des fans. Ce sont des moments vraiment géniaux qui comptent beaucoup pour moi. Quand je suis en Suisse je me concentre sur l’école et je profite de passer du temps avec ma familles et mes amis. Il faut une certaine organisation bien sûr, mais je m’en sors et j’assume ce que ça implique. Je suis maintenant habitué à rattraper ce que les profs et les élèves font en classe quand je suis absent pour la musique.

Je suis aussi très content de pouvoir soutenir d’autres enfants moins chanceux en faisant de la musique.

Et l’école me fait parvenir les cours à distance pour que je puisse rester à jour. Pour améliorer encore ce fonctionnement et bénéficier de meilleures conditions je vais aussi rejoindre une école privée. Avec moins d’étudiants par classe on pourra donc avoir plus d’attention de la part des professeurs. Et je pourrai aussi avoir plus de souplesse pour concilier la musique et les cours. 

Comment vis-tu cette activité musicale en plus du quotidien? 

Je vis au jour le jour en profitant à fond de chaque moment. C’est assez incroyable ce qui m’arrive et je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir vivre cette expérience. Surtout que je ne m’y attendais vraiment

Pour moi, comme pour le groupe, c’est très important de pouvoir faire passer des messages forts à travers la musique.

pas, je suis donc encore impressionné par tout cela. Et je suis aussi très content de pouvoir soutenir d’autres enfants moins chanceux en faisant de la musique. 

Es-tu déjà parti avec l’UNICEF pour rencontrer des enfants qui ont bénéficié du soutien des Kids?

Oui. Pour l’instant on a pu se rendre au Maroc, à Agadir, dans une école qui accueille des enfants en situation de handicap ou atteints de trisomie. C’était un moment fort et on a pu passer du temps pour apprendre à se connaître et rigoler ensemble. L’objectif de cette école est de pouvoir ensuite permettre à ces enfants de rejoindre des classes ordinaires. Pour moi, comme pour le groupe, c’est très important de pouvoir faire passer des messages forts à travers la musique. 

Au niveau musical, qui sont les artistes qui t’inspirent le plus et que tu apprécies particulièrement?

J’aime beaucoup le rap et le hip hop en général. Et j’adore Maître Gims. J’aime ses textes et la puissance de sa voix. J’ai d’ailleurs eu la chance de le rencontrer lors d’un événement avec le groupe. Une autre expérience géniale. Il est super sympa et j’ai beaucoup apprécié le fait qu’il ait pris le temps de parler avec nous. Durant les tournées, j’ai d’ailleurs choisi un des ses morceaux pour mon solo – La Même – qu’il chante en duo avec Vianney.

Quels sont tes rêves et tes projets artistiques et musicaux?

Pour l’instant je me concentre sur le moment présent et sur ce qui m’arrive aujourd’hui.

Si je peux continuer à faire de la musique je serais motivé par une carrière solo je pense. Et plus largement, dans le domaine artistique, j’aime aussi beaucoup le cinéma. Mais on verra en temps voulu.

En dehors de la musique, quelles sont tes autres passions et activités?

Je suis un fan de foot. Et je joue toujours avec mes amis pour le plaisir. Avant je jouais en club avec plusieurs entraînements par semaine mais j’ai arrêté pour pouvoir me concentrer sur les répétitions, les enregistrements et les tournées. Sinon j’aime la capoeira et j’en faisais aussi un peu avant. 

Comment vis-tu le contraste entre Neuchâtel, où tu habites, et Paris?

C’était impressionnant au début. C’est clair que Paris est une grande ville, surtout quand on vient de Neuchâtel. Aujourd’hui je m’y suis habitué et j’apprécie beaucoup de m’y rendre régulièrement. Certains de mes amis me disent même que j’ai pris l’accent parisien (rires). 

A l’approche de Noël, quels sont tes voeux et tes souhaits?

Je souhaite surtout passer du temps en famille pour profiter de nous retrouver tous ensemble. Comme je suis souvent loin je veux profiter à fond de ce moment de pause tous réunis. J’ai deux grands frères et j’ai hâte de les retrouver pour rigoler avec eux. Ils me soutiennent d’ailleurs à fond dans ce que je fais et le plus grand, qui a maintenant 18 ans, peut de temps en temps m’accompagner lors de mes voyages à Paris. Je me réjouis également de l’Esprit de Noël, un spectacle durant lequel on va chanter avec le groupe et qui se déroulera le 21 décembre à l’Arena de Genève. 

Advertentie