À l’âge de six mois, Rebecca W. a été adoptée par un couple suisse dans un foyer en Inde. Elle a maintenant 25 ans, étudie le droit et mène une vie heureuse et normale. 

Rebecca, comment as-tu découvert que tu avais été adoptée?

Quand ma tante était enceinte, j’ai amené ma poupée à ma mère et lui ai demandé si j’étais aussi dans son ventre. «Non, Rebecca, tu n’étais pas dans mon ventre. Une autre femme, également ta mère, t’a donné naissance», m’a-t-elle expliqué. Dès ce moment, quand j’avais quatre ans, nous avons abordé ouvertement le sujet de l’adoption.

As-tu compris dès ton plus jeune âge que tu n’étais pas sa fille biologique?

Quand j’avais deux ans, mes parents ont adopté ma petite sœur. Nous sommes allés la chercher à l’aéroport, bien que je n’aie pas compris à l’époque que ce n’était pas la norme. Le fait que j’allais avoir une petite sœur m’intéressait de toute façon. Ce n’est qu’à la naissance de mon cousin que j’ai commencé à réaliser.

Sais-tu pourquoi ta mère t’a éloignée?

Les documents indiquent que j’étais un enfant illégitime et que ma situation financière était précaire. Les enfants illégitimes sont encore très problématiques en Inde. Il arrive parfois que la mère et l’enfant soient abandonnés ensemble. L’adoption offre donc une issue pour les deux.

Ressens-tu le besoin de connaître tes parents biologiques?

Non, pas du tout. Je n’ai jamais été très intéressée ou préoccupée par cela.

Et si ta mère te contactait?

Il est difficile d’évaluer ma réaction. J’y réfléchirais certainement. Pour être honnête, je ne peux pas vous dire quelle serait ma décision. Il se pourrait bien que je ne veuille pas la rencontrer ou le contraire.

Les enfants illégitimes sont encore très problématiques en Inde aujourd’hui.

Et que dire de la nécessité de connaître son pays d’origine. As-tu déjà été en Inde?

Oui, mais pour moi, ce fut un voyage comme un autre. Ma sœur ressentait davantage le besoin de savoir d’où elle venait. Mes parents avaient prévu un voyage en Inde de toute façon, et grâce au souhait de ma sœur, ils ont simplement mis le plan en action plus tôt, quand j’avais dix ans.

T’es-tu déjà demandée ce qu’aurait été ta vie sans l’adoption?

Oui, il ne faut jamais oublier d’où l’on vient – qu’on ait été adopté ou non. Après ces trois voyages en Inde, je dois dire que ça m’a plu, mais je suis heureuse de vivre en Suisse. Je suis consciente que ma vie est certainement plus belle qu’elle n’aurait pu l’être en Inde. Je n’étais pas un enfant rêvé en Inde, mais j’en suis un ici.

Comment les gens réagissent-ils lorsque tu leur dis que tu es adoptée?

Certaines personnes s’en soucient et d’autres non. Il y a des gens qui n’ont pas peur de poser des questions, ce que je trouve bien. Je peux décider moi-même si je réponds ou non.

Tu n’as jamais eu de réactions négatives?

Non, mais je ne suis pas sûre que quelqu’un me donnerait en face son avis négatif. Il y a toujours des gens qui trouvent spécial le fait que je ne sois pas si intéressée par l’adoption et que je ne ressente pas le besoin de rencontrer mes parents biologiques.

Je n’étais pas un enfant rêvé en Inde, mais j’en suis un ici.

Ressens-tu le besoin de parler de ton adoption?

Pas vraiment, c’est normal pour moi. Dans les médias mais aussi dans mon propre environnement, j’entends sans cesse parler des enfants adoptés qui ont bien plus besoin d’en parler. Je n’ai jamais eu ce besoin.

Que penses-tu du fait que certaines personnes croient que les enfants adoptés posent plus de problèmes?

C’est juste bien que ces gens y pensent (rires). Je trouve injuste les préjugés. Je ne veux pas nier qu’il ne peut y avoir aucun problème, mais il y a aussi des problèmes avec les familles de base et les familles hétérogènes.

Existe-t-il des difficultés typiques pour les enfants adoptés?

Chaque adolescent a une crise d’identité à un moment ou à un autre et j’imagine que cela est plus intense avec les enfants adoptés. Heureusement, ce n’était pas le cas pour moi. Je connais deux extrêmes dans les cas problématiques : dans certains cas, le sujet de l’adoption est omniprésent, d’autres ne veulent rien avoir à faire avec le pays d’origine.

Penses-tu que plus de gens devraient adopter en Suisse?

Les adoptions internationales deviennent de plus en plus difficiles, ce qui constitue un obstacle. Sinon, je suis favorable aux adoptions. Mais je pense qu’il est faux de dire que c’est une bonne action. Les parents adoptifs ont généralement le désir tant attendu d’avoir des enfants avant l’adoption et, en fin de compte, tout le monde en profite. Je me demande pourquoi les gens qui ont recours à l’insémination artificielle ne pensent pas à l’adoption. Il y a suffisamment d’enfants dans le monde qui seraient heureux d’avoir un foyer. Personnellement, je ne comprends pas pourquoi la plupart des gens veulent des enfants à eux. Mais c’est juste mon opinion – chacun doit se faire son opinion.

Il y a suffisamment d’enfants dans le monde qui seraient heureux d’avoir un foyer.

Adopterais-tu un enfant?

Oui, je peux certainement l’imaginer.

Que devraient considérer les parents adoptifs lorsqu’ils élèvent un enfant?

Ils devraient être justes quand il s’agit des parents biologiques. Alors, n’exagérez pas et n’inventez pas de mauvaises histoires qui n’existent pas. Au fond, il est important de parler ouvertement du sujet. C’est également un avantage si les parents s’intéressent à la culture du pays d’origine. Parce que tôt ou tard, cela deviendra un problème de toute façon. Dans le cas contraire, les parents adoptifs doivent remplir les mêmes conditions que tous les autres parents.

Quelle est ton opinion sur les personnes seules qui adoptent un enfant?

Bien sûr, il est agréable que les deux parents soient présents. Mais soyons réalistes : il y a tant de mères et de pères célibataires. Et pour un enfant sans parents, c’est bien d’avoir quelqu’un. C’est déjà un enrichissement, car les enfants de ces orphelinats n’ont personne. J’ai été récemment à l’orphelinat indien où j’aurais grandi si je n’avais pas été adoptée. Cette idée m’a vraiment choquée.

Es-tu pour ou contre le droit à l’adoption pour les couples homosexuels?

L’amour et les soins dont un enfant a besoin peuvent également être donnés par des couples homosexuels. Le seul problème est que cela n’est pas (encore) accepté par l’ensemble de la société.

Une adoption est-elle toujours synonyme de bonheur pour un enfant?

Il y a des enfants qui ont plus de mal à s’accepter et à se sentir heureux. Quoi qu’il en soit, j’ai le sentiment que notre génération en général est constamment à la recherche du sens de la vie. Je pense qu’avec les enfants adoptés, la recherche du sens de la vie est souvent intensément liée à des questions sur leur propre passé. Beaucoup considèrent finalement que c’est leur destin et aussi un coup de chance. J’appartiens à ce groupe. D’autres, cependant, ressentent ce vide pour le reste de leur vie. Je ne veux pas du tout condamner ce genre de contact. Après tout, chaque histoire est individuelle et chacun gère son destin différemment.

Êtes-vous heureuse?

Oui, je suis heureuse.

Interview Michelle Christen

Traduit de l’allemand par Andrea Tarantini

Advertentie