Imprimé et digital, côte à côte – Facebook ouvre la voie

ville ponts

1,6 milliard de personnes. C’est le nombre d’utilisateurs connectés sur Facebook chaque jour. Ils partagent, entre autres, des vidéos de leurs vacances, laissent un «like» sur le fil d’actualité de leurs amis et connaissances- ou découvrent les prochains événements à ne pas rater. Certains rejoignent des groupes de personnes qui partagent une passion commune. Comme par exemple, un amour inconditionnel pour la ville où ils vivent! Dans ce genre de groupe, les membres échangent des conseils et des informations sur les programmes culturels locaux, la scène gastronomique ou les incontournables architecturaux de la ville. Même les natifs découvrent de nouvelles facettes de «leur» ville.

Facebook s’est récemment aventuré sur un nouveau territoire: le monde du média imprimé. Il y a quelques semaines, le Facebook Zurich City Guide est apparu dans le quotidien suisse, «Tages-Anzeiger». L’avant-propos rédigé par les auteurs laissent percevoir un résumé de ce que représente le guide: «nous avons créé ce guide communautaire avec l’aide des habitants, qui échangent régulièrement des idées sur Zürich. Ceux-là même qui dénichent toujours de nouveaux endroits à découvrir. La ville de Zürich a beaucoup à offrir. Vous trouverez des idées d’endroits excitants à visiter. Vous pourrez redécouvrir Zürich de la perspective de cinq groupes Facebook différents, basés sur le slogan «de la communauté, pour la communauté».

Transfert digital à l’envers

Donc, avec l’aide de ses utilisateurs, Facebook transfère un savoir local, du monde digital au monde réel, en utilisant le traditionnel support papier. Ce procédé prend le contre-courant de la digitalisation. En effet, de plus en plus de tâches, processus et contenus sont digitalisés à travers le monde. Et Facebook, un des leaders de la tech, transforme du contenu digital en du contenu «analogique». 

«On l’utilise pour démontrer que les gens ne réseautent pas uniquement sur notre plateforme, mais qu’ils interagissent aussi dans la vie réelle», explique Johannes Prüller, le manager de la communication pour Facebook, en Suisse et en Autriche. Les rencontres numériques qui ont débuté sur Facebook deviennent des relations de la vraie vie. Et, afin d’atteindre plus de gens et de les rendre enthousiastes à propos du concept, le Zurich City Guide a été publié comme un supplément de journal. «Pour nous, le papier, est un média inhabituel, mais nous pensons qu’il présente de nombreux avantages», détaille Prüller.  

Vous pouvez juste fourrer le guide dans votre sac-à-dos et explorer la ville sans avoir à tenir votre smartphone tout le temps

Johannes Prüller, à propos du Facebook Zurich City guide

L’idée d’un média imprimé «Cities Special» ne s’arrête pas à Zürich: des City guides pour Leipzig et Stuttgart ont déjà été publiés dans les pays germanophones. Mondialement, 12 guides en anglais ont vu le jour, incluant les villes de Saint-PetersburgOslo et Bordeaux. De plus, pour chaque guide, un exemplaire dans la langue de la destination concernée est édité. Selon Johannes Prüller, on peut envisager d’autres guides pour la Suisse: «nous considérerons la possibilité de réaliser un city guide, si suffisamment de nouvelles interactions ont lieu dans des groupes locaux.»

Un nouveau cycle

L’approche de Facebook se démarque pour plusieurs raisons. Et elle pourrait servir d’exemple aux autres médias sociaux et plateformes en ligne. Il est bien connu que le «user generated content» (UGC), à savoir le contenu généré par les utilisateurs d’une plateforme, profite d’une grande crédibilité auprès des autres membres. 

En amenant l’UGC de groupes Facebook locaux à une audience plus large et plus lointaine, au moyen d’un media public, comme le «Tages-Anzeiger», on ne garantit pas seulement des avantages supplémentaires aux lecteurs. Mais on renforce également la crédibilité auprès de publics cibles. Et cela constitue un des piliers majeurs du marketing de contenu.

Mais le concept du City Guide de Facebook va bien au-delà! Une fois que le guide a été publié comme supplément, il est alors mis en ligne sur un site web indépendant. Chaque article est lié au groupe Facebook original d’où provient le contenu du texte. Ainsi, le contenu de ces groupes ne passe pas uniquement du numérique à l’imprimé; il retourne également au monde digital. 

Grâce aux lecteurs du City Guide, les groupes locaux connaissent une augmentation de leurs membres. Ainsi, du nouveau contenu peut émerger de ces communautés élargies. À son tour, il peut être redistribué sous une forme imprimée. De cette manière, Facebook a créé un cycle unique qui connecte le monde réel au monde numérique. Et cela prouve que l’imprimé à l’ère du digital n’est pas mort. Au contraire, les deux formats peuvent être un atout l’un pour l’autre. 

Vous sentez-vous inspirés par Facebook et vous souhaiteriez atteindre des publics cibles spécifiques avec votre contenu, autant dans le format digital qu’imprimé? Alors, nous nous réjouissons de vous accompagner dans ce projet. Cliquez ici pour découvrir ce que nous pouvons faire pour vous.

Traduit de l’anglais par Laetizia Barreto

Advertentie