Il existe de nombreux articles qui enseignent aux parents comment gérer le temps d’écran de leurs bambins. Cependant, ces derniers ne sont pas les seuls concernés. En effet, les jeunes parents devraient également utiliser leurs smartphones avec parcimonie, car ces gadgets électroniques offrent une distraction constante et peut, dans le pire des scénarios, entraîner des troubles de développement chez leurs enfants.

Les smartphones font partie intégrante de notre quotidien. On s’en sert en effet pour communiquer, s’informer ou se divertir. Nous avons recours à notre téléphone portable, en moyenne, deux à trois heures par jour. Ainsi, il est également nécessaire de rendre attentifs les parents à l’usage qu’ils font de cette technologie!

L’apprentissage de l’usage des médias

Les conseils sur l’utilisation correcte du téléphone portable par les enfants sont assez répandus dans les médias d’actualité. Toutefois, aujourd’hui, les nouvelles générations sont confrontées aux smartphones dès leur plus jeune âge. Ce sujet est donc important à l’heure d’une numérisation exponentielle. Selon une étude sur l’utilisation des médias par les enfants en Suisse, menée par la ZHAW, environ 25 pourcent des petits, âgés de six à sept ans, possèdent déjà leur propre natel.

Ceux-ci emploient leur portable pour jouer en ligne ou sur des applications, regarder des vidéos, écrire des messages et surfer sur Internet. Donc, les parents ont la responsabilité d’installer des règles pour limiter l’usage du téléphone mobile. Comme par exemple, la sensibilisation des enfants à certains contenus malveillants ou encore la mise en place d’un temps d’utilisation fixe.

Changement de rôle

Si les enfants doivent être sensibilisés à se servir du smartphone de manière saine, il est important que les parents réalisent qu’ils doivent eux aussi en faire de même. Suite à la naissance de leurs nouveau-nés, les jeunes parents doivent assumer un nouveau rôle. Alors qu’avant, ils pouvaient tranquillement consulter leurs courriels et consommer du contenu sur les réseaux sociaux, la présence d’un enfant demande toute leur attention. Être parent est un travail à plein temps des plus exigeants. Il peut arriver que les jeunes mamans se sentent isolées et coupées du monde extérieur. De ce fait, leur téléphone peut devenir leur meilleur compagnon, notamment car il leur donne accès aux réseaux sociaux, à toutes sortes d’applications et leur permet de communiquer avec leurs proches.

La psychologue Sharmila Egger connaît bien les médias numériques et sensibilise les parents et leurs enfants sur l’utilisation sûre et rentable de ces technologies. Elle affirme que les enfants reproduisent les gestes de leurs parents, bien plus que ce que ces derniers ne l’imaginent. Par conséquence, il est primordial que les parents en prennent conscience et montrent l’exemple.

Effets négatifs sur l’enfant


Si les parents se retrouvent absorbés par leur téléphone et n’arrivent plus à donner suffisamment d’attention à leur enfant, la relation entre les deux peut en souffrir. Ce constat est d’autant plus fort auprès des bébés et des tout-petits, un manque d’attention impacte fortement le lien parent-enfant. Au travers de son expérience de la «still face» (voir encadré ci-dessous), le chercheur américain, Edward Tronick, a découvert qu’un manque d’interaction entre une mère et son nouveau-né affecte l’état d’esprit et la vulnérabilité du nourrisson. En d’autres termes, le bébé souffre d’un manque d’attention de sa mère.

La coach familiale, Caroline Märki, est spécialisée dans le façonnement et le renforcement des relations familiales. «Un simple coup d’œil sur son mobile représente une rupture de contact. Le message qui vient d’être lu par le parent peut occuper ses pensées et le distraire. De ce fait, il n’est donc plus intimement lié à son enfant», explique la conseillère. Si un enfant en bas âge se retrouve négligé émotionnellement durant une longue période à cause d’un smartphone, des troubles relationnels peuvent alors apparaître et se développer tout au long de sa vie.  

Comment se déroule l’expérience “Still Face”

L’expérience «Still-Face» est divisée en trois phases, chacune dure environ trois minutes:

Phase1La mère et son bébé interagissent de manière ludique et affectueuse. Pendant cette phase, le bébé est assis dans un siège d’enfant et ne peut pas être gêné, mais il est d’autant plus diverti. De manière générale, le nourrisson sourit, il est heureux et excité.
Phase2La mère regarde ensuite son bébé avec un visage impassible. Elle ne doit pas réagir aux tentatives d’entrer en contact de son enfant. Au début, le bébé reste joyeux: il tend les bras vers sa mère et sourit. Plus cette deuxième phase dure, plus le bébé devient confus et triste. Finalement, il se retire, regarde ses pieds ou se met à pleurer.
Phase3 Dans cette dernière phase, la mère et son bébé se rapprochent à nouveau. La maman est de nouveau autorisée à sourire et à réagir aux expressions du visage et aux gestes du petit. On remarque alors que la connexion mère-enfant se rétablit très vite.

Cette recherche est émotionnellement importante pour les petits participants, ainsi que pour les mères qui se sentent tristes et coupables de se détourner de leurs bébés. Cependant, grâce à cette étude, les parents peuvent réaliser à quel point leur présence est nécessaire auprès de leurs enfants. Elle démontre également la force de la relation mère-enfant. De plus, l’expérience permet aux jeunes mamans de grandir et se développer dans leur rôle de mère.

Le smartphone nuit aux relations


Les effets de l’utilisation abusive de nos téléphones sur nos liens familiaux ne sont pas des moindres. Caroline Märki voit le natel comme un obstacle relationnel, surtout à la maison: «si tout le monde regarde sans arrêt son écran, alors une écoute authentique, la prise au sérieux de l’autre et le contact verbale peuvent vraiment être dégradés». 

D’un autre côté, Sharmila Egger reconnaît les avantages du mobile dans la vie familiale, comme par exemple la planification des tâches via des discussions de groupe: qui récupère les enfants à la crèche ou sur les lieux de différentes activités. Ou encore, l’organisation de collectes pour des cadeaux en commun auprès des proches grâce à une application de paiement. Sans oublier évidemment, le calendrier familial qui n’est plus sur le frigo, mais dans une application accessible aux deux parents et modifiable à tout moment.

Gérer son temps d’utilisation du natel


Donc pour être des parents modèles sur ce point, on peut définir des règles très simples. Comme par exemple, décider d’instaurer des moments sans appareil électronique pour toute la famille: natel, tablette, ordinateur, Nintendo doivent être mis en stand-by. Sharmila Egger recommande également de désactiver toutes les notifications «push» inutiles, de maintenir des loisirs hors ligne, comme la lecture, le plein air, les jeux de société, la peinture, etc., et dans la mesure du possible, ne pas lire les e-mails professionnels sur son téléphone portable privé.

L’art de ne rien faire

Toutefois, il est inutile de décrier totalement les smartphones car ils sont intégrés pleinement dans notre société et simplifient tout de même notre vie à bien des niveaux. Les parents ont besoin de leur temps libre et de se divertir dans leur quotidien. Les téléphones portables permettent de maintenir des contacts sociaux. Cependant, pour Caroline Märki, il faut réapprendre l’art de ne rien faire. Il suffirait d’attendre quelques instants avant de s’empresser de sortir notre mobile. «Ces précieuses minutes de flottement pourraient être utilisées pour la réflexion et l’empathie, mais souvent elles sont perdues parce que le natel offre toujours un stimulus externe. De ce fait, notre attention se porte rarement sur nous-même ou sur nos pensées et nos sentiments», déclare la coach.

Texte Flavia Ulrich
Traduit de l’allemand par Laetizia Barreto

Advertentie