Dr. Philippe Nasch
(Physicien, PhD, MSc, eMBA)
Conseiller en innovation, SWISSMEM

«Intégrer le changement comme seule constante», disait déjà Héraclite il ya 2’500 ans! Or, l’esprit humain n’aime pas le changement; ce n’est qu’un concept abstrait jusqu’à ce qu’il nous impacte directement. Et il est alors souvent trop tard. Le changement est une pratique constante, et non pas un but final. L’anthropologie nous enseigne aujourd’hui qu’une clé du succès évolutif de l’être humain est sa capacité à améliorer en permanence son «état de l’art» et à transmettre son savoir de génération en génération. Cela permet une adaptation à son environnement très rapide et très efficace (bien plus rapide que l’adaptation biologique, mais alors que celle-ci ne se trompe pas!). L’amélioration continue des activités de l’Homo Sapiens est donc dans sa nature.

L’amélioration continue est aussi dans la nature des entreprises manufacturières suisses; c’est dans leur ADN! Et c’est là que réside certainement la clé de leur succès sur le long terme. Cela le restera si elles intègrent aujourd’hui les opportunités offertes par le monde digital.

Toutefois, le «digital» offre une multitude d’opportunités: produit ou service, marketing, exploitation des données, outil de production, organisation, filière d’approvisionnement, etc.

Comment choisir les bonnes opportunités?

Tout d’abord, il faut envisager le «digital» comme un moyen et non comme un but. Et le «digital» est aujourd’hui le moyen privilégié à disposition des entreprises pour s’adapter à l’économie du XXIème siècle.

Comme il est important de ne pas se précipiter dans le déploiement tous-azimut des outils digitaux dans son entreprise, on recommandera par exemple la méthode «The Market Opportunity Navigator» expliquée dans le livre «Where to play» de M. Gruber et S. Tal (2017). Cette méthode permet d’établir une stratégie de ciblage marché intelligente et flexible. De plus, les consortiums R&D, les plateformes d’échange, les groupes de travail, les associations professionnelles, les synergies et les collaborations interentreprises sont autant de moyens nécessaires à forger une dynamique gagnante autour de la gestion de cette transformation numérique. C’est pour cela que trois associations faîtières suisses, swissT.net, asut et Swissmem, ont lancé l’initiative «Industrie 2025», convaincues que le thème de la transformation numérique en Suisse doit être abordé de façon coordonnée.

Comme il ne faut surtout pas ignorer le changement en cours, n’hésitez pas à vous rapprocher de ces outils et initiatives.

Texte Dr. Philippe Nasch

Advertentie