Démence, cancer, incontinence ou thrombose: après 50 ans, le risque d’être atteint par certaines maladies augmente considérablement. Quelles sont les maladies les plus courantes à cet âge et comment les prévenir

Avec l’âge, le risque de contracter certaines maladies augmente fortement. Il s’agit autant de maladies mentales comme la démence que de problèmes oculaires comme la cataracte ou de maladies pulmonaires comme la BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). D’ailleurs, des affections et des maladies telles que le cancer, les accidents vasculaires cérébraux, la thrombose, la maladie de Parkinson, l’arthrite ou l’incontinence sont aussi très répandues parmi la population de plus de 50 ans.

Crise cardiaque

Les maladies cardiovasculaires sont la cause la plus fréquente de décès en Suisse. Mais que se passe-t-il exactement lors d’une crise cardiaque? «Une crise cardiaque est une occlusion partielle ou complète d’une artère coronaire, à cause de laquelle des parties du muscle cardiaque ne reçoivent pas d’oxygène et meurent après un court laps de temps», explique le Dr Michael Halpern de Jegenstorf, Berne. Connaître les signes précurseurs d’une crise cardiaque peut sauver des vies: «Il faut savoir que les signaux d’alarme sont des pressions intenses et des douleurs de blocage, de constriction ou de brûlure dans la poitrine qui durent plus d’un quart d’heure et qui sont souvent associées à l’essoufflement et à la peur de la mort», explique le médecin. Selon le Dr Halpern, si une crise cardiaque est tout de suite identifiée, les dommages seront moins importants: «Les chances de survie sont plus grandes et les dommages permanents s’avèrent moins importants». Cependant, malheureusement, les crises cardiaques ne sont pas reconnues tout de suite et, en général, les personnes qui ont eu une crise cardiaque sont hospitalisées seulement trois heures après l’apparition des symptômes.

L’hypertension artérielle

De nombreux seniors souffrent d’hypertension. Ce qui est problématique relève du fait que, chez neuf personnes sur dix, il n’y a aucune cause apparente. Dans ces cas, on parle d’«hypertension essentielle». Le Dr. Halpern explique qu’«il existe plusieurs facteurs qui augmentent le risque d’hypertension. Outre l’âge, le sexe et les prédispositions héréditaires, l’obésité, la malnutrition, le manque d’exercice et le stress ont une influence considérable sur l’hypertension». Heureusement, des mesures peuvent être prises pour lutter contre l’hypertension artérielle. «Pour combattre l’hypertension essentielle, il faut modifier son mode de vie et prendre des médicaments», conclut le médecin.

Diabète sucré

Après 50 ans, le risque de développer un diabète est particulièrement élevé. De quoi s’agit-il exactement? «Chez les personnes atteintes de diabète de type deux, le pancréas continue à produire de l’insuline, mais pas assez ou le corps ne peut plus l’utiliser efficacement pour convertir le sucre en énergie», explique le Dr Michael Halpern. Cette maladie est également favorisée par des facteurs héréditaires, l’obésité et le manque d’exercice. «Quatre personnes sur cinq atteintes de diabète de type deux sont en surpoids», déclare le Dr Michael Halpern. «Un poids corporel adapté, une activité physique suffisante et une alimentation équilibrée jouent donc un rôle décisif dans la réduction du risque de diabète. Toutefois, un mode de vie sain ne peut garantir qu’une personne ne développera pas cette maladie, car l’hérédité joue également un rôle important». 

Dans la plupart des cas, les personnes atteintes ont plus de 50 ans mais des sujets plus jeunes qui souffrent d’obésité peuvent aussi souffrir de diabète». Malheureusement, la moitié des diabétiques de type deux en Suisse ne savent rien de leur maladie. «Pour la détecter, il faut mesurer le taux de sucre dans le sang», explique le médecin. Mais quels sont les symptômes qui devraient faire penser à un diabète? Le Dr Halpern explique que, «à un stade avancé, les symptômes suivants peuvent apparaître: soif intense, miction fréquente, perte de capacités et de performance, perte de poids inexpliquée et augmentation des infections contractées». 

Cancer

En général, le cancer n’est pas une question d’âge. «Cependant, l’incidence de la plupart des types de cancer augmente avec l’âge», rappelle le Dr Halpern. De plus, le sexe joue un rôle décisif dans le type de cancer contracté. Par exemple, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes, tandis que le cancer du sein est le plus fréquent chez les femmes. Selon les chiffres de la Ligue contre le cancer, en Suisse, il y a environ 16’900 décès dus au cancer chaque année. Dans 9’300 cas, la personne concernée est un homme.

Il est difficile d’établir une liste des signes précurseurs du cancer. Néanmoins, selon le Dr Halpern, nous pouvons citer «une fièvre inexplicablement élevée, des sueurs nocturnes massives avec des cheveux mouillés et des vêtements trempés, et une perte de poids non désirée de plus de dix pour cent du poids corporel en six mois».

Problèmes gastro-intestinaux

Qu’ils aient plus ou moins de 50 ans, les Suisses sont confrontés à des problèmes gastro-intestinaux. Cependant, les seniors rencontrent plus souvent ce type de soucis. Le Dr Michael Halpern explique: «La raison pour laquelle les quinquagénaires se plaignent plus de problèmes digestifs concerne le processus de vieillissement qui touche aussi les organes». En outre, des substances telles que l’alcool, la nicotine ou les drogues sont également responsables de ces problèmes car, après 50 ans, elles ne sont plus bien tolérées. En effet, la fonction protectrice de la paroi de l’estomac diminue considérablement à cet âge. 

Plus d’informations sur le diabète et les maladies cardiovasculaires sont disponibles sur diabetesschweiz.ch et sur swissheart.ch.

Texte: Lars Meier

Traduit de l’allemand par Andrea Tarantini

Advertentie