Un ventre qui grossit de plus en plus n’est que le signe extérieur de la grossesse. Ce qui se passe dans la tête de la future maman est bien plus passionnant – et parfois moins facile à endurer.

Un bébé est un miracle qui peut bouleverser la future mère dès les premières semaines de grossesse. Au début, les hormones qui servent à maintenir la grossesse et à préparer le corps à l’accouchement et à l’allaitement inondent la femme. L’adaptation à l’équilibre hormonal altéré peut entraîner des nausées, de la fatigue et des sautes d’humeur. En outre, la plupart des femmes à ce stade précoce ne parlent pas de leur grossesse par crainte de perdre le bébé. «Les femmes enceintes ont toutefois besoin d’une protection particulière, surtout au cours des trois premiers mois», explique Lynnett Valentini, du cabinet de sages-femmes Bauch-Raum à Dielsdorf. Elles doivent s’adapter à la nouvelle situation et devraient avoir la liberté de répondre à leurs besoins pendant cette phase d’adaptation.

Un bébé est un miracle qui peut bouleverser la future mère dès les premières semaines de grossesse.

Le deuxième tiers de la grossesse est souvent la plus belle période. L’environnement réagit positivement, le ventre se développe, mais n’est pas encore une entrave. De nombreux couples utilisent ce temps pour partir en vacances ensemble par exemple. Le dernier tiers est ensuite un peu plus fatiguant. Il y a des plaintes physiques comme des douleurs dorsales et des problèmes de sommeil. En outre, la peur de la naissance et du temps qui passe augmentent. Lynnett Valentini conseille aux futures mères de trouver une sage-femme à qui confier leurs soucis et leurs difficultés. Cette dernière est là pour aider et conseiller la femme tout au long de la grossesse et dès les premiers jours avec le bébé.

Nutrition, sport et futur père

Pendant la grossesse, une alimentation saine et équilibrée est très importante. En général, à cette alimentation s’ajoutent aussi des vitamines de grossesse et de l’acide folique. «La femme doit prendre l’acide folique lorsqu’elle prévoit de tomber enceinte», explique Valentini, «de préférence au moins trois mois avant la grossesse, car c’est la seule façon de prévenir le spina-bifida (dos ouvert). En ce qui concerne l’exercice physique, il n’y a pratiquement pas de restrictions pendant la grossesse. Quiconque faisait du sport avant peut également en faire pendant sa grossesse. Inversement, une femme qui ne fait pas ou peu de sport ne devrait pas commencer à faire du sport de haut niveau pendant cette période.

Les futurs pères, quant à eux, ne doivent pas être sous-estimés pendant la grossesse. Ils peuvent soutenir la femme en réduisant sa charge de travail par exemple. «Enfin, dire et montrer à la femme qu’elle est toujours attirante est également très important car une future mère est d’abord une femme qui doit s’aimer», ajoute Lynnett Valentini.

Texte: Ivonne Kley

Traduit de l’allemand par Andrea Tarantini 

Advertentie