Samuel Huber, Collaborateur Scientifique à la Fédération Suisse du Tourisme

Le secteur du tourisme vient de traverser une année catastrophique. La pandémie de coronavirus et les mesures prises pour enrayer la propagation de la maladie l’ont heurté de plein fouet, au point de menacer la survie de nombreuses entreprises. Le tourisme exige de la mobilité, ce qui n’a pas été possible – ou tout au moins pas souhaitable – pendant la crise, surtout en franchissant les frontières. Les lueurs d’espoir ont été plutôt rares en 2020. Mais il y en a eu. En particulier, de nombreuses Suissesses et de nombreux Suisses ont passé leurs vacances dans leur patrie. Et pas seulement par nécessité: dans un sondage représentatif, la majorité a expliqué vouloir faire preuve de solidarité avec le tourisme local.

En Suisse romande, on a entendu parler le suisse allemand plutôt que l’anglais et, en Suisse alémanique, le français plutôt que le japonais. Les touristes suisses ont ainsi permis à certaines régions du pays d’éviter un chiffre d’affaires bien pire en été et en automne 2020. Néanmoins, de nombreuses discussions montrent que ce comportement ne doit pas rester un événement isolé, lié à la pandémie. Notre pays a tant à offrir: les touristes qui passent habituellement leurs vacances à la plage ou dans des pays lointains ont en effet été surpris par l’abondance d’offres attractives. Ils ont souvent été enthousiasmés par les paysages spectaculaires, la diversité culturelle et la variété de la faune et de la flore, tout en apprenant à apprécier à nouveau les avantages du fonctionnement parfait des infrastructures.

La Suisse est déjà l’une des destinations touristiques les plus durables au monde, mais l’ensemble du secteur souhaite encore s’améliorer.

Dans le même temps, les clients nationaux ont également fait un geste pour le climat en se contentant de déplacements courts, faisant souvent appel aux transports publics. La Suisse est déjà l’une des destinations touristiques les plus durables au monde, mais l’ensemble du secteur souhaite encore s’améliorer. C’est pour cette raison qu’a été lancé Swisstainable, un projet de durabilité qui rassemble l’ensemble du secteur en vue de déclencher un mouvement intersectoriel efficace, visant à faire de la Suisse la destination la plus durable au monde. Cette ambition n’est cependant pas seulement celle du secteur pour lui-même, elle va de pair avec les attentes de la population suisse. Les campings qui ont affiché complet à l’été 2020 et les ventes record de produits locaux montrent que la population suisse est enthousiaste à l’idée d’un tourisme durable, proche de la nature et que la durabilité n’est pas un vain mot.

La crise a fait prendre conscience de la vulnérabilité des individus, mais aussi de l’ensemble de l’écosystème. Elle a ainsi accéléré le processus de changement social, nous menant vers une économie durable et prônant une utilisation efficiente des ressources. L’engagement du secteur souligne l’importance des besoins des touristes suisses. Le grand intérêt porté à Swisstainable par les prestataires de services et par les voyageurs fait espérer le développement d’un phénomène que les experts en tourisme de l’université de Saint-Gall ont baptisé «less & small is beautiful»: des voyages moins fréquents, plus conscients, plus durables car plus locaux, en petits groupes et plutôt proches de la nature, donnant la priorité aux exigences de sécurité et d’hygiène.

L’accroissement des échanges entre les différentes régions du pays renforce également la cohésion au sein de la population. Les Suisses qui passent leurs vacances en Suisse contribuent ainsi aux dimensions écologiques et économiques, mais aussi sociales de la durabilité. Il y a donc lieu d’espérer que, lorsque les frontières seront à nouveau ouvertes et que les voyages intercontinentaux seront à nouveau possibles, les Suisses passeront au moins une partie de leurs vacances en Suisse! Cela profitera au secteur du tourisme, à l’environnement et, en fin de compte, à l’ensemble du pays!

Texte Samuel Huber, Collaborateur Scientifique à la Fédération Suisse du Tourisme.

Advertentie